Le Canada devrait se ranger du côté de l’Inde sur la question du Cachemire.

À l’occasion du 30e anniversaire de la chute du mur de Berlin, l’ancien dirigeant de l’Union soviétique, Mikhaïl Gorbatchev, a averti lundi que les tensions persistantes entre des pays possédant des armes nucléaires ont mis le monde en « immense » danger.

Alors que le vieux Gorbatchev concentrait son attention sur les tensions entre les États-Unis et la Russie, insistant sur le fait que les deux pays restaient dans une « guerre froide », dix scientifiques du Bulletin of Atomic Scientists ont convenu le 31 octobre que le monde faisait face à une catastrophe nucléaire. Cependant, ils ont dit que le danger d’une telle guerre était ailleurs – entre l’Inde et le Pakistan.

Les scientifiques ont écrit que les effets directs d’un affrontement nucléaire entre l’Inde et le Pakistan tueraient entre 50 à 125 millions de personnes : « Les répercussions pour la société indienne et pakistanaise seraient majeures et à long terme… Mais les effets climatiques de la fumée produite par une guerre nucléaire entre l’Inde et le Pakistan ne se limiteraient pas au sous-continent, ni même à l’Asie. Ces effets seraient énormes et de portée mondiale. »

Et si nous, au Canada, avons l’impression qu’une telle catastrophe n’interrompra pas nos parties de hockey ou de baseball, les scientifiques en viennent à la conclusion : « qu’un hiver nucléaire mettrait fin à l’agriculture dans le monde entier et créerait la famine pour des milliards de personnes ».

Et avant que quelqu’un ne dise qu’il faut limiter l’immigration pour empêcher les problèmes du tiers monde de s’introduire au-delà de nos frontières, permettez-moi de le leur rappeler ceci :

Tout d’abord, nous ne vivons pas dans un sac Ziploc où nous pouvons garder la fraîcheur.

Deuxièmement, les radiations et les champignons nucléaires n’ont pas besoin de visas pour voyager de l’Himalaya aux Rocheuses.

La menace d’une guerre nucléaire a d’abord été évoquée par le Premier ministre pakistanais Imran Khan à l’Assemblée générale des Nations Unies, où il a menacé l’Inde et le monde : « Si une guerre conventionnelle éclate entre les deux pays… tout pourrait arriver. Mais supposons qu’un pays [le Pakistan] sept fois plus petit que son voisin [l’Inde] ait le choix entre se rendre ou se battre pour sa liberté jusqu’à la mort? “Qu’est-ce qu’on va faire? Je me pose cette question… et nous nous battrons… et quand un pays doté de l’arme nucléaire combattra jusqu’au bout, cela aura des conséquences bien au-delà des frontières.”

Comme si ses propos menaçants sur une guerre nucléaire ne suffisaient pas, les ministres bellicistes de la guerre d’Imran Khan n’ont pas cessé d’augmenter la mise à l’ONU. L’un d’eux a menacé de lancer des missiles sur n’importe quel pays qui appuie l’Inde. “Si les tensions avec l’Inde augmentent au Cachemire, le Pakistan sera contraint de partir en guerre. Par conséquent, les pays qui soutiennent l’Inde, et non le Pakistan (au-dessus du Cachemire), seront considérés comme nos ennemis et un missile sera tiré sur l’Inde et les pays qui la soutiennent”, a déclaré le ministre des Affaires du Cachemire.

Pendant la Guerre froide, le concept de DMA – destruction mutuelle assurée – a empêché le Pacte de Varsovie et l’OTAN d’être désinvoltes à propos des menaces nucléaires. Mais le facteur pakistanais et sa “bombe islamique” réserve un coup dur que peu de stratèges occidentaux comprennent.

Alors que le reste du monde – des athées aux catholiques, des hindous aux juifs en passant par des millions d’autres – s’efforce de tirer le meilleur parti du don de la vie, trop d’enfants musulmans sont endoctrinés à croire que la vie commence après la mort et que la terre est un simple salon de transit où l’élimination des hindous est un devoir sacré des musulmans du sous-continent indien comme prophétisé dans “Ghazwa e-Hind” (le devoir de mener la guerre du prophète contre l’Inde).

Aussi stupide que cela puisse paraître au lecteur occidental, aucun dirigeant islamique n’a encore dénoncé cette guerre à venir pour mettre fin à toute civilisation.

Le Pakistan s’est maintenant allié à la Turquie et à la Malaisie pour former une entente nationaliste musulmane d’hommes de pouvoir en dehors des sphères d’influence saoudienne ou iranienne. Le Canada devrait être du côté de l’Inde dans cette guerre des civilisations centrée sur le Cachemire.

 

Article dans sa version originale anglaise ici.

 

Traduction : Laurence B

 

Pour ne rien manquer des chroniques de Tarek Fatah en français, abonnez-vous à ce site en cliquant “Suivre”, ci-haut à droite.

Les commentaires sont fermés.

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :