Les attaques islamistes se poursuivent, mais les politiciens canadiens font l’autruche.

Riyas Aboobacker et Mark Steven Domingo ne se connaissent pas.

Ils ne se sont jamais rencontrés et vivent à l’autre bout du monde. Aboobacker vit au Kerala, en Inde, tandis que Domingo vit à Los Angeles.

Pourtant, ces deux hommes partagent une idéologie suprémaciste mondiale commune qui a des adhérents prêts à donner leur propre vie en échange d’un bonheur éternel au Paradis où le vin et les femmes qu’ils semblent tant mépriser sur terre couleront librement dans des orgies sans fin.

Tous deux ont été arrêtés cette fin de semaine et tous deux ont été accusés d’avoir planifié une attaque terroriste contre des non-musulmans.

Mark Steven Domingo, un ancien combattant de l’armée et converti à l’islam, qui a combattu en Afghanistan de 2012 à 2013, a été mis en détention vendredi pour terrorisme intérieur. Les autorités ont dit qu’il complotait pour faire exploser un engin explosif improvisé, ou EEI, « dans le but de faire de nombreuses victimes ».

Alors que les responsables de la sécurité américaine arrêtaient Domingo avant qu’il ne puisse mener son attaque au nom de l’islam, l’Agence nationale d’investigation (ANI) de l’Inde a arrêté Riyas Aboobacker, qui aurait avoué qu’il voulait mener une attaque suicide contre des non-musulmans au Kerala, en Inde.

Par ailleurs, la semaine dernière, quatre islamistes présumés ont été arrêtés en France après que la police eut déclaré avoir déjoué une attaque planifiée « extrêmement violente » contre les forces de sécurité. Le bureau du procureur de Paris a déclaré que l’attaque devait avoir lieu « dans les prochains jours », alors que la ville se prépare pour les protestations contre les gilets jaunes du 1er mai qui laisseront les forces de l’ordre à rude épreuve.

Le culte de la mort que Domingo et Aboobacker ainsi que leurs compatriotes français, pakistanais, nigérians, somaliens, philippins et arabes suivent est l’idéologie de l’islamisme – l’utilisation de l’Islam comme outil politique pour promouvoir un dogme fasciste et suprémaciste dans lequel les musulmans sont la cible principale, mais le but est de détruire la démocratie, l’État nation et la civilisation occidentale qui a donné naissance à ces institutions.

Normalement, les dirigeants du monde entier dénonceraient et vaincraient sans équivoque cette idéologie. Mais pour des raisons de lâcheté et à cause du phénomène de la politique de la banque de votes, alors que tout le monde en politique est prêt à dénoncer le nationalisme blanc et ses idées suprémacistes, aucun législateur sur terre n’est prêt à dénoncer l’islamisme, l’extrémisme islamique et encore moins à prononcer ces mots.

Lisez simplement le rapport annuel de Sécurité publique Canada sur les menaces terroristes qui pèsent sur le Canada.

Bien qu’il mentionne le fait que « la principale menace terroriste pour le Canada et les intérêts canadiens continue d’être celle posée par des individus ou des groupes inspirés par des idéologies violentes et des groupes terroristes comme l’État islamique ou Al-Qaïda (AQ) », il n’ose pas mentionner la religion qui dirige l’État islamique et Al-Qaïda.

En fait, il tente de dissimuler le nom « État islamique » en l’appelant « Daesh ».

La députée manitobaine Candice Bergen, qui n’a pas hésité à se présenter à la Chambre des communes, constitue une exception à la règle. Se référant au massacre de chrétiens au Sri Lanka par des terroristes islamiques, elle a déclaré : « Les chrétiens sont le groupe religieux le plus persécuté au monde. Ils sont la cible d’extrémistes islamiques au Pakistan, en Iran et au Nigeria. »

Les mots « extrémistes islamiques » auraient dû venir du premier ministre Justin Trudeau et du chef de l’opposition Andrew Scheer, ainsi que du chef du NPD Jagmeet Singh. Mais l’infiltration et l’influence islamiste sur notre discours politique sont une affaire conclue, sauf au Québec.

 

Article dans sa version originale anglaise ici.

 

Traduction : Laurence B

 

Pour ne rien manquer des chroniques de Tarek Fatah en français, abonnez-vous à ce site en cliquant « Suivre », ci-haut à droite.

Publicités

Les commentaires sont fermés.

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :