Pourquoi l’épouse de Raif Badawi appuie-t-elle Maxime Bernier

Peu de gens au Canada considéreraient Ensaf Haider, l’épouse canadienne du prisonnier politique saoudien Raif Badawi, comme l’une des « personnes les plus stupides sur Twitter ». Pourtant, c’est exactement ainsi que les partisans du Parti populaire du Canada de Maxime Bernier ont été décrits par Paul Wells de Maclean’ s lors de son passage à l’émission Power and Politics de CBC l’autre jour. Mme Haider fait partie des milliers de Canadiens qui manifestent leur appui à M. Bernier.

Ce soir-là, CBC a invité à son soi-disant « Power Panel », comprenant des partisans de tous les partis politiques, présentés comme des « observateurs », des « experts » ou des « analystes », à dénigrer M. Bernier en se moquant de lui avec un air de dédain accompagné de rires et de félicitations sous-entendues.

On aurait pu espérer que la décence et un journalisme impartial auraient requis au moins un participant au panel qui réfuterait les insultes lancées non seulement à M. Bernier, mais aussi à ses partisans.

L’animatrice Vassy Kapelos est l’une des meilleures animatrices d’actualités du Canada. C’est un plaisir de la voir affronter les plus inflexibles et les plus féroces invités, mais ce soir-là, elle a baissé sa garde et les moqueries ont continué.

Le pire moment est arrivé quand M. Wells a dénigré les partisans de M. Bernier. « En gros, sa base électorale [celle de Bernier] est actuellement la plus stupide sur Twitter », a-t-il dit avec un rire arrogant et hautain tandis que d’autres ricanaient pendant que l’animatrice Kapelos révélait son approbation apparente de l’insulte, avec un « sans commentaire ».

Le lendemain matin, Mme Haider a rendu public son appui à M. Bernier en gazouillant ceci : « Enfin, un nouveau parti est né dans la vie politique canadienne, @PeoplesPCa. Souviens-toi bien de ce nom. »

Bernier a réagi immédiatement en accueillant cette militante des droits de l’homme de renommée mondiale dans les rangs de son parti. Il a dit : « Très heureux d’avoir le soutien d’Ensaf Haidar, épouse de Raif Badawi et défenseur courageux de la liberté d’expression dans le monde. »

Pour un politicien attaqué pour son prétendu parti pris anti-immigrant, un appui de la femme de M. Badawi ainsi que d’un groupe appelé « Musulmans pour Max » a laissé les gourous du « Power Panel » perplexes. C’est peut-être parce qu’il est probable qu’aucun d’entre eux ne s’est jamais présenté aux élections, n’a jamais fait campagne pour un candidat ou n’a pas travaillé pour un parti politique, alors qu’ils sont les experts et que nous sommes les « personnes les plus stupides sur Twitter ».

J’ai demandé à Mme Haider ce qui l’avait poussée à rejoindre le PPC. Elle m’a dit qu’elle était particulièrement attirée par l’engagement du Parti populaire de ne pas permettre l’affaiblissement de l’assise libérale séculaire du Canada, bâtie sur plus de 400 ans et fondée sur la nature franco-britannique du patrimoine du pays. Elle a cité la section suivante de la déclaration du CPP :

« Notre politique d’immigration ne devrait pas viser à modifier de force le caractère culturel et le tissu social du Canada, comme le veulent les tenants radicaux du multiculturalisme. La grande majorité des Canadiens s’attendent à juste titre à ce que les immigrants apprennent à connaître notre histoire et notre culture, qu’ils maîtrisent l’une de nos langues officielles et qu’ils adoptent des valeurs canadiennes largement partagées comme l’égalité des hommes et des femmes, la tolérance envers la diversité et le respect du droit canadien ».

Mme Haider me l’a dit : « Je suis né sous la charia et j’ai été forcé de porter le niqab, ce qui m’a volé mon humanité. Aujourd’hui, sous la burqa de la diversité, les islamistes font des Canadiennes musulmanes leurs porte-drapeaux et marquent leur territoire, montrant littéralement leur majeur au reste du Canada. »

« Les immigrants qui fuient l’enfer des pays islamiques devraient fusionner avec la culture et les manières des sociétés occidentales, sinon ils ne sont pas qualifiés pour vivre au Canada », a-t-elle conclu.

Maintenant, qui est « stupide », Paul Wells ? Ce n’est certainement pas Mme Haider qui mérite des excuses.

 

Article dans sa version originale anglaise ici.

 

Traduction : Laurence B

 

Pour ne rien manquer des chroniques de Tarek Fatah en français, abonnez-vous à ce site en cliquant « Suivre », ci-haut à droite.

Publicités

Les commentaires sont fermés.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :